Livres du Centre Départemental

De nouveaux livres empruntés à notre Centre Départemental !
A découvrir et à lire sans modération jusqu'au mardi 3 octobre 2017.



Plus tard, je serai un enfant - Eric-Emmanuel Schmitt

Pour la première fois, Eric-Emmanuel Schmitt se confie et évoque son enfance avec une émouvante sincérité, ses vocations multiples, sa vie… Qui était le petit garçon Eric-Emmanuel à Lyon, dans les années 60 ? Quelles histoires avait-il déjà en tête ? Nous découvrons ses années de formation, son milieu, ses rêves, ses regrets… Ses nombreuses confidences sur sa vie, ses valeurs, ses multiples activités, le sens qu'il donne à l'existence, à l'art, font le prix de ce livre exceptionnel.
Ses très nombreux lecteurs dévoreront les différents chapitres de ce livre pour entrer dans l'intimité de leur auteur. Nous ferons connaissance avec un écrivain, dramaturge, philosophe, bien différent des clichés que certains peuvent avoir sur lui. Et bien plus surprenant. 

Petit Pays - Gaël Faye

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite soeur, Ana, dans un confortable quartier d'expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce "petit pays" d'Afrique brutalement malmené par l'Histoire.
Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l'envahit, l'imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français... "J'ai écrit ce roman pour faire surgir un monde oublié, pour dire nos instants joyeux, discrets comme des filles de bonnes familles : le parfum de citronnelle dans les rues, les promenades le soir le long des bougainvilliers, les siestes l'après-midi derrière les moustiquaires trouées, les conversations futiles, assis sur un casier de bières, les termites les jours d'orages...
J'ai écrit ce roman pour crier à l'univers que nous avons existé, avec nos vies simples, notre train-train, notre ennui, que nous avions des bonheurs qui ne cherchaient qu'à le rester avant d'être expédiés aux quatre coins du monde et de devenir une bande d'exilés, de réfugiés, d'immigrés, de migrants." Avec un rare sens du romanesque, Gaël Faye évoque les tourments et les interrogations d'un enfant pris dans une Histoire qui le fait grandir plus vite que prévu.
Nourri d'un drame que l'auteur connaît bien, un premier roman d'une ampleur exceptionnelle, parcouru d'ombres et de lumière, de tragique et d'humour, de personnages qui, tous à leur manière, tentent désespérément de survivre à la tragédie.  


Ma mère, cette inconnue - Philippe Labro

"Netka, il y a du slave dans ce nom qui sonne clair. Elle a cinquante pour cent de sang polonais dans ses veines. Il me faudra beaucoup de temps pour identifier la Pologne, chercher la trace du père inconnu, éclaircir les mystères, imaginer l'enfant-valise, la petite fille abandonnée. Elle est, elle était ma mère", Philippe Labro. 






Danser les ombres - Laurent Gaudé

Une jeune femme revient à Port-au-Prince où elle veut désormais inventer sa vie, et pourrait même se laisser aller à aimer. Mais la terre qui tremble redistribue les cartes de toute existence. Un roman qui trace au milieu des décombres une cartographie de la fraternité.  






L'Inconnu du Pont Notre-Dame - Jean-François Parot

Une enquête de Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet sous le règne de Louis XVI. 1786. Le procès de l’affaire du collier touche à sa fin et déconsidère la reine. Le déficit du royaume exacerbe les rivalités politiques. Nicolas Le Floch est saisi par Le Noir, nouveau directeur de la Bibliothèque du roi, de la disparition d’un conservateur au cabinet des médailles. Quelle est l’identité du cadavre décapité découvert dans une maison démolie du pont Notre-Dame ? Qu’augurent les informations transmises par lady Charwel, alias la Satin, concernant un complot anglais visant Louis XVI.
Existe-t-il un lien entre les deux affaires ? D’autres meurtres suivront au cours d’une minutieuse enquête qui conduira le commissaire au Châtelet dans le Paris des receleurs et des maisons de jeu et jusqu’à la rade de Cherbourg. Nicolas Le Floch sera également bouleversé par l’effarante révélation de ses origines. Au milieu des intrigues de cour et des dangers de la ville et, face à des suspects équivoques, mus par le lucre et la trahison, il finira par résoudre une sombre énigme aidé par une étonnante découverte des Lumières.


Tangente vers l'est - Maylis de Kerangal 

Dès l’ouverture de ce bref roman, on prend le train en marche, en l’occurrence le Transsibérien, déjà loin de Moscou, à mi-chemin de l’Asie. Le long du corridor, se presse une foule de passagers de 3e classe bardés de bagages, d’où se détache une horde de jeunes hommes en tenue camouflage agglutinés dans la fumée de cigarettes, que le sergent Letchov conduit à leur caserne d’affectation en Sibérie.
Parmi eux, Aliocha, grand et massif, âgé de vingt ans mais encore puceau, et comme désarmé face aux premiers bizutages qui font partie du rituel de ces transports de conscrits. Il préfère s’isoler, lui qui n’a pas su trouver le moyen d’éviter le service militaire, qui n’attend rien de bon de cette vie soldatesque et sent la menace de cette destination hors limite. A l’écart, il commence à échafauder les moyens de fausser compagnie à son régiment.
Mais comment se faire la belle à coup sûr ? Profiter d’un arrêt à la prochaine gare pour se fondre dans la foule et disparaître. A priori, il a tout à craindre de son sergent, mais aussi des deux provodnitsa, ces hôtesses de wagons, en charge de la maintenance des lieux et de la surveillance du moindre déplacement des voyageurs. Une première tentative échoue. Aussitôt repéré, il remonte dans le train.
Sa fébrilité suspecte a dû le trahir. Occasion manquée donc, mais sur le quai, Aliocha a croisé une jeune Occidentale qui va bientôt s’émouvoir de son sort : Hélène, une Française de 35 ans, montée en gare de Krasnoïarsk. Elle vient de quitter son amant Anton, un Russe rencontré à Paris et récemment revenu au pays gérer un énorme barrage, un homme qu’elle a suivi par amour près du fleuve du même nom.
Malgré les barrières du langage, Aliocha et Hélène vont se comprendre à mi-mots. Toute une nuit, au gré d’un roulis engourdissant, ils vont partager en secret le même compartiment, supporter les malentendus de cette promiscuité forcée et déjouer la traque au déserteur qui fait rage d’un bout à l’autre du train. Les voilà condamnés à suivre un chemin parallèle, chacun selon sa logique propre et incommunicable, à fuir vers l’Est et son terminus océanique, Vladivostok.
Une histoire fragile et fulgurante dans une langue sensuelle et fougueuse, laissant à nu des êtres pris dans la rhapsodie d’un voyage qui s’invente à contre-courant. Ce texte a été conçu dans le cadre du voyage d’écrivains dans le Transsibérien organisé par Cultures France pendant deux semaines, en juin 2010, sur la partie orientale du trajet Novossibirsk-Vladivostok. Sa première version, sous forme de fiction radiophonique, a été profondément remaniée pour le présent volume.


Des Hommes - Laurent Mauvignier

Ils ont été appelés en Algérie au moment des " événements ", en 1960. Deux ans plus tard, Bernard, Rabut, Février et d'autres sont rentrés en France. Ils se sont tus, ils ont vécu leurs vies. Mais parfois, il suffit de presque rien, d'une journée d'anniversaire en hiver, d'un cadeau qui tient dans la poche, pour que, quarante ans après, le passé fasse irruption dans la vie de ceux qui ont cru pouvoir le nier. 



La Folie du lac - Andrea Vitali

Le livre : Sur les rives du lac de Côme, la petite ville de Bellano est en pleine effervescence car son maire, Agostino Meccia, vient de prendre la décision de poursuivre un projet aussi moderne qu'extraordinaire : il veut relier Côme à Bellano et à Lugano par une ligne triangulaire et révolutionnaire d'hydravions qui fera baver d'envie les communes avoisinantes. L'idée est glorieuse en cette calme et fascisante année 1931, mais un tel investissement ne va-t-il pas grever les caisses de la cité ? Et l'hydravion est-il si sûr ? Quant à la fille unique de Meccia, Renata, hier encore une petite fille, devenue subitement si fantasque, ne cache-t-elle pas quelque nouveau caprice ? La Folie du Lac, saga truculente de Bellano, avec ses amours et ses scandales, ses vices et son curé, ses rêves de modernisme et ses ragots, traverse les générations et nous emporte avec le sourire et à vive allure au cour de cette Italie que nous aimons tant. L'auteur : Les romans d'Andrea Vitali, né à Bellano (Lombardie) en 1956, auteur de La Folie du lac (2008) et Avec les olives ! (2009), se vendent à plus de deux millions d'exemplaires en Italie.
Il vit dans sa ville chérie de Bellano où il exerce la profession de médecin généraliste.  


Pour un jour de plus - Mitch Albom

En grandissant, tous les enfants ont, plus d'une fois, blessé leurs parents. Par fierté, par bêtise ou par maladresse, ils les ont désavoués, repoussés, ignorés. Et Charley n'a pas échappé à la règle. Pourtant son adolescence semble aujourd'hui bien loin... La cinquantaine, alcoolique et dépressif, cet ancien joueur de baseball au bout du rouleau a décidé d'en finir. Un grand saut dans le vide... et voilà qu'il se réveille dans la villa de son enfance, sa mère - pourtant décédée - à ses côtés. Plutôt que de chercher une explication, Charley profite de cette occasion unique, de ce jour de plus, pour enfin revenir sur ses erreurs de jeunesse et accorder à sa mère l'amour qu'il n'avait jamais su lui donner...  


Adieu au lac mère - Yang Namu Erche/Christine Mathieu 

Adieu au lac Mère est le récit d'une enfance extraordinaire dans une société hors du commun. Cette enfance est celle de Yang Erche Namu, célèbre chanteuse et mannequin chinoise, qui vit aujourd'hui entre Pékin, Rome et San Francisco. Namu est née en 1966 chez les Moso, une société matrilinéaire des montagnes de Yunnan, à la frontière sino-tibétaine, à 2700 mètres d'altitude. Les Chinois appellent le pays moso " le pays des filles ", car chez les Moso, les femmes sont chefs de famille. Les Moso ont rejeté le mariage. Les unions sexuelles sont temporaires et les enfants appartiennent d'office à la famille maternelle. La société moso encourage la tolérance, le respect d'autrui et l'aide collective. Adieu au lac Mère relate les seize premières années de la vie de Namu, sa relation douloureuse avec sa mère, ses désirs de voyage et d'évasion, son ambition de voir le monde et l'aboutissement de ses rêves lorsqu'elle réussit un concours de chant et intègre le conservatoire de musique de Shanghai. Le récit de l'apprentissage de Namu est à la fois plein de drame, d'étrangeté et de beauté. A travers les yeux d'une enfant puis d'une adolescente fougueuse, on pénètre dans les alcôves où luisent au coin du feu les visages tannés, on goûte au thé au beurre de yack et on s'enivre de l'air des montagnes. On découvre comment s'y déclinent l'amour entre mère et fille, le conflit entre l'individu et la société. On éprouve les bouleversements sans précédent que sont l'intrusion de la révolution chinoise dans cette société millénaire aussi bien que l'éveil à la liberté d'une jeune fille au destin exceptionnel. Ce livre repose sur la rencontre de Namu avec une anthropologue française, Christine Mathieu, qui est l'une des premières Occidentales à avoir pu étudier les mœurs des Moso.  


Une Jeunesse allemande - Stefanie Zweig

Après un exil d'une dizaine d'années au Kenya, la famille Redlich, rapatriée par l'armée britannique, rentre à Francfort le 15 avril 1947. Agée de quinze ans, Regina redécouvre son Allemagne natale : un pays dévasté, corrompu, souffrant de pénurie généralisée. La jeune adolescente juive s'y adapte difficilement, réapprenant une langue qu'elle maîtrise mal, confrontée à des réactions oscillant entre un antisémitisme encore bien ancré et une culpabilité mal vécue. Lors d'un séjour en Suisse, où elle est envoyée pour soigner sa malnutrition, Regina rencontre cependant George Guggenheim, le célèbre collectionneur d'art, qui lui ouvre un monde nouveau, celui de la peinture. D'autres rencontres marquantes vont jalonner les années d'apprentissage de Regina, dont celle du père d'Anne Frank, qui lui fera prendre conscience de l'ampleur de la tragédie à laquelle elle a échappé en Afrique. Tandis que Walter, le pater familias bien aimé, fait tout pour retrouver ses racines allemandes et assurer à sa famille une vie convenable, Regina, à vingt ans, va surtout revoir brièvement Martin, l'ami de son père et son amour d'enfance. Dans ses bras, elle tentera de faire revivre les années de soleil... 

Aucun commentaire: